Canada

Les Prisons Canadiennes ont-elles un Problème de Drogue

Reading Time: 2 minutes

Il faut se poser de sérieuses questions sur la façon dont les drogues continuent de s’introduire dans le système carcéral Canadien.

Les établissements correctionnels du Canada sont censés être parmi les endroits les plus sûrs au monde et sont censés être sans drogue, mais ce n’est pas le cas. Qu’elles soient à sécurité minimale ou maximale, les prisons canadiennes sont confrontées à un problème majeur de contrebande illégale à l’intérieur.

La contrebande illégale distribuée dans les prisons a été un problème qui a tourmenté tous les gouvernements qui ont contrôlé le Parlement canadien. Ils ont tous reconnu que le problème existe, mais aucune solution claire pour le résoudre.

Le premier septembre, vingt et un articles de contrebande et non autorisés ont été saisis à l’établissement Donnacona, une prison fédérale à sécurité maximale. La contrebande et les objets non autorisés saisis comprenaient 116 grammes de haschich, 62 grammes de cire de cannabis, 40 grammes de marijuana, deux téléphones portables, deux clés USB, deux lames de couteaux en céramique et 190 grammes de tabac. La valeur institutionnelle totale estimée de cette saisie est de 54 145 dollars.

On ne sait toujours pas comment la contrebande illégale pourrait pénétrer à l’intérieur de l’établissement à sécurité maximale. Considérant que les détenus n’ont pas accès à l’extérieur de la prison, cela laisse de nombreuses questions quant à la façon dont les drogues passent les mesures de sécurité en place et qui contourne le système.

De nombreux établissements tels que le centre de détention provisoire d’Edmonton ont installé un scanner corporel qui peut détecter si des drogues sont introduites en contrebande dans leur établissement, mais les drogues parviennent toujours aux détenus.

Personne n’aime être accusé d’avoir enfreint la loi, mais il doit y avoir des réponses factuelles expliquant pourquoi cela continue de se produire. Nous avons décrit les seules façons logiques dont nous pensons que cela se produit. Dans tous les cas, nous espérons sincèrement que nous nous trompons car cela signifie que quelqu’un en position de confiance, est une tache sur le système et met un projecteur négatif sur leurs collègues qui font respecter la loi.

Il faut se poser de sérieuses questions sur la façon dont les drogues continuent de s’introduire dans le système carcéral canadien.